Passer
Le produit a bien été ajouté au panier !

« Atteindre le sommet est difficile – mais devenir numéro 1 l’est encore plus »

Bettine Vriesekoop

Bettine Vriesekoop

BIRKENSTORY #29 Bettine Vriesekoop – pongiste hollandaise de légende et amoureuse de la Chine

Clac, clac, clac ... Nous connaissons tous le bruit caractéristique de la balle en plastique de 2,7 g lorsqu’elle frappe la table, avant de retourner quelques fractions de seconde plus tard du côté opposé, à une vitesse pouvant atteindre 170 km/h. Depuis quelques années, la double championne d’Europe Bettine Vriesekoop entraîne la jeune joueuse professionnelle Sanne de Hoop et se montre intraitable : « Bettine est un monstre de travail. Deux minutes de déconcentration et elle te tue. » Élue deux fois « sportive de l’année » en Hollande (1980, 1985) et « pongiste du siècle » (2000), Bettine est aujourd’hui coach et auteure et vit à Amsterdam. Bettine est originaire du petit village d’Hazerswoude, non loin de la ville universitaire de Leyde, en Hollande méridionale. Elle y a grandi dans une ferme avec ses huit frères et sœurs. Après la mort de son père, elle commence le tennis de table à l’âge de dix ans. Elle devient rapidement championne de sa catégorie dans toute la Hollande. Meilleure pongiste d’Europe à 15 ans, elle se classe, à 16 ans, numéro deux dans le Top-12 européen.

Clac, clac, clac ... Nous connaissons tous le bruit caractéristique de la balle en plastique de 2,7 g lorsqu’elle frappe la table, avant de retourner quelques fractions de seconde plus tard du côté opposé, à une vitesse pouvant atteindre 170 km/h. Depuis quelques années, la double championne d’Europe Bettine Vriesekoop entraîne la jeune joueuse professionnelle Sanne de Hoop et se montre intraitable : « Bettine est un monstre de travail. Deux minutes de déconcentration et elle te tue. » Élue deux fois « sportive de l’année » en Hollande (1980, 1985) et « pongiste du siècle » (2000), Bettine est aujourd’hui coach et auteure et vit à Amsterdam. Bettine est originaire du petit village d’Hazerswoude, non loin de la ville universitaire de Leyde, en Hollande méridionale. Elle y a grandi dans une ferme avec ses huit frères et sœurs. Après la mort de son père, elle commence le tennis de table à l’âge de dix ans. Elle devient rapidement championne de sa catégorie dans toute la Hollande. Meilleure pongiste d’Europe à 15 ans, elle se classe, à 16 ans, numéro deux dans le Top-12 européen.

Table Tennis Play
S’entraîner inlassablement

Le Hollandais Gerard Bakker devient son coach en 1973. Les entraînements sont difficiles ; Bettine joue généralement sur deux tables en même temps, souvent avec un gilet lesté de sable. Elle s’entraîne 40 heures par semaine et mène une vie coupée du monde : pas d’amis, pas de fêtes, pas de vêtements tendance, pas de bijoux. « Personne ne s’est entraîné aussi durement que moi, c’était une période très particulière », se souvient Bettine.

Le Hollandais Gerard Bakker devient son coach en 1973. Les entraînements sont difficiles ; Bettine joue généralement sur deux tables en même temps, souvent avec un gilet lesté de sable. Elle s’entraîne 40 heures par semaine et mène une vie coupée du monde : pas d’amis, pas de fêtes, pas de vêtements tendance, pas de bijoux. « Personne ne s’est entraîné aussi durement que moi, c’était une période très particulière », se souvient Bettine.

La Mecque du tennis de table

Les championnats du monde de Birmingham marquent un tournant : âgée de 15 ans, Bettine fait la connaissance de l’équipe chinoise et découvre avec fascination le jeu artistique, la discipline d’entraînement et la douceur et la gentillesse de ses concurrentes chinoises. Elle décide alors de partir en Chine. À 18 ans, elle passe pour la première fois plusieurs semaines à Pékin, dans des conditions difficiles : douche froide, nourriture spartiate, pas de papier toilette. Sans parler de la chaleur et des températures pouvant atteindre 40 degrés... Même l’entraînement est extrêmement difficile : elle a son propre entraîneur, qui lui envoie des milliers de balles. À cela s’ajoute le jeu de jambes permanent, qui laisse parfois ses pieds en sang.

Les championnats du monde de Birmingham marquent un tournant : âgée de 15 ans, Bettine fait la connaissance de l’équipe chinoise et découvre avec fascination le jeu artistique, la discipline d’entraînement et la douceur et la gentillesse de ses concurrentes chinoises. Elle décide alors de partir en Chine. À 18 ans, elle passe pour la première fois plusieurs semaines à Pékin, dans des conditions difficiles : douche froide, nourriture spartiate, pas de papier toilette. Sans parler de la chaleur et des températures pouvant atteindre 40 degrés... Même l’entraînement est extrêmement difficile : elle a son propre entraîneur, qui lui envoie des milliers de balles. À cela s’ajoute le jeu de jambes permanent, qui laisse parfois ses pieds en sang.

Street Café
Arrivée au sommet de l’élite mondiale

Bettine se rend ensuite régulièrement en Chine pendant plusieurs années. Elle aime ses habitants, s’immerge dans leur culture. « Je les admire car ils sont capables de ‘manger de l’amertume’ comme on dit ici », explique-t-elle avec respect. Mais elle aussi gagne leur respect, car les Chinois constatent jusqu’à quel point elle s’entraîne, sans jamais abandonner. Les séjours de Bettine en Chine changent sa façon de jouer. Elle est désormais capable de battre les meilleures joueuses du pays : lors de l’Open de France 1982, elle bat les numéros un, deux et trois des joueuses chinoises de classe mondiale et se retrouve 5e au classement mondial. La même année, elle devient championne d’Europe. Elle a tout juste 20 ans.

Bettine se rend ensuite régulièrement en Chine pendant plusieurs années. Elle aime ses habitants, s’immerge dans leur culture. « Je les admire car ils sont capables de ‘manger de l’amertume’ comme on dit ici », explique-t-elle avec respect. Mais elle aussi gagne leur respect, car les Chinois constatent jusqu’à quel point elle s’entraîne, sans jamais abandonner. Les séjours de Bettine en Chine changent sa façon de jouer. Elle est désormais capable de battre les meilleures joueuses du pays : lors de l’Open de France 1982, elle bat les numéros un, deux et trois des joueuses chinoises de classe mondiale et se retrouve 5e au classement mondial. La même année, elle devient championne d’Europe. Elle a tout juste 20 ans.

Bettine Vriesekoop
Table Tennis Play
Jeux olympiques de 1988 à Séoul : la rupture

Censés marquer une nouvelle étape dans sa carrière, les Jeux olympiques de 1988 à Séoul ne se passent pas comme prévu: elle remporte les huitièmes de finale mais son entraîneur lui tombe dessus devant les caméras au motif qu’elle a laissé facilement deux manches à son adversaire. « La façon dont tu termines un match détermine celle dont tu abordes le suivant », explique Bettine. Humiliée, elle s’incline en quart de finale face à une jeune tchèque contre laquelle elle n’a encore jamais perdu. C’est la rupture – Bettine arrête et ne touche plus à une raquette pendant un an.

Censés marquer une nouvelle étape dans sa carrière, les Jeux olympiques de 1988 à Séoul ne se passent pas comme prévu: elle remporte les huitièmes de finale mais son entraîneur lui tombe dessus devant les caméras au motif qu’elle a laissé facilement deux manches à son adversaire. « La façon dont tu termines un match détermine celle dont tu abordes le suivant », explique Bettine. Humiliée, elle s’incline en quart de finale face à une jeune tchèque contre laquelle elle n’a encore jamais perdu. C’est la rupture – Bettine arrête et ne touche plus à une raquette pendant un an.

Bettine Vriesekoop
Le phénix renaît de ses cendres - la nouvelle Bettine

Libre et indépendante, Bettine commence une nouvelle vie. Elle se fait des amis, trouve un nouveau coach et reprend les entraînements, mais avec un nouvel état d’esprit et une énergie plus personnelle, plus féminine. Elle vise un nouvel objectif : redevenir championne d’Europe. Elle y parvient avec brio en 1992. Ce deuxième titre européen revêt pour elle beaucoup plus de valeur que le premier. « Cela n’a jamais été une histoire de revanche. C’est une affaire très personnelle », déclare-t-elle avec bienveillance.

Libre et indépendante, Bettine commence une nouvelle vie. Elle se fait des amis, trouve un nouveau coach et reprend les entraînements, mais avec un nouvel état d’esprit et une énergie plus personnelle, plus féminine. Elle vise un nouvel objectif : redevenir championne d’Europe. Elle y parvient avec brio en 1992. Ce deuxième titre européen revêt pour elle beaucoup plus de valeur que le premier. « Cela n’a jamais été une histoire de revanche. C’est une affaire très personnelle », déclare-t-elle avec bienveillance.

Bettine Vriesekoop
Landscape
Bettine Vriesekoop
Bettine Vriesekoop
Bettine et Birkenstock

Elle a porté ses premières Birkenstock alors que, jeune joueuse, ses pieds étaient déjà fortement sollicités. « Mes pieds étaient très stressés. J’ai eu des blessures, reçu des injections. Les Birkenstock ont apporté à mes pieds le confort dont ils avaient besoin. » Si à l’époque, elle portait ses sandales uniquement chez elle, ces dernières la suivent désormais presque partout. « Elles sont tellement confortables que je les porte aussi volontiers en extérieur. Partout en fait – pas seulement dans les soirées. »

Elle a porté ses premières Birkenstock alors que, jeune joueuse, ses pieds étaient déjà fortement sollicités. « Mes pieds étaient très stressés. J’ai eu des blessures, reçu des injections. Les Birkenstock ont apporté à mes pieds le confort dont ils avaient besoin. » Si à l’époque, elle portait ses sandales uniquement chez elle, ces dernières la suivent désormais presque partout. « Elles sont tellement confortables que je les porte aussi volontiers en extérieur. Partout en fait – pas seulement dans les soirées. »

Birkenstock Sandals
Une carrière chasse l’autre

Mais la Chine ne change pas seulement la manière de jouer de Bettine. Au-delà du sport, elle a sur elle une influence considérable. Après avoir mis un terme sa carrière, Bettine commence à étudier la culture et la langue chinoises à l’université de Leyde et passe même quatre ans en Chine et y travaille. Son premier livre « Heimwee naar Peking » (Nostalgie de Pékin), dans lequel elle évoque ses entraînements et sa période en Chine, paraît en 1996. Auteure de huit ouvrages, elle propose régulièrement des lectures. Elle entraîne parallèlement de jeunes espoirs du tennis de table comme la joueuse de Bundesliga Sanne de Hoop (« Bettine est une véritable légende en Hollande ! ») et organise régulièrement des sessions d’entraînement pour les seniors. Bettine a du mal à concevoir une vie sans tennis de table. « Lorsque j’entre dans la salle, j’ai immédiatement envie de jouer – la balle m’attire comme par magie. J’aime ce rythme, cette sensation. J’aime le tennis de table, tout simplement.

Mais la Chine ne change pas seulement la manière de jouer de Bettine. Au-delà du sport, elle a sur elle une influence considérable. Après avoir mis un terme sa carrière, Bettine commence à étudier la culture et la langue chinoises à l’université de Leyde et passe même quatre ans en Chine et y travaille. Son premier livre « Heimwee naar Peking » (Nostalgie de Pékin), dans lequel elle évoque ses entraînements et sa période en Chine, paraît en 1996. Auteure de huit ouvrages, elle propose régulièrement des lectures. Elle entraîne parallèlement de jeunes espoirs du tennis de table comme la joueuse de Bundesliga Sanne de Hoop (« Bettine est une véritable légende en Hollande ! ») et organise régulièrement des sessions d’entraînement pour les seniors. Bettine a du mal à concevoir une vie sans tennis de table. « Lorsque j’entre dans la salle, j’ai immédiatement envie de jouer – la balle m’attire comme par magie. J’aime ce rythme, cette sensation. J’aime le tennis de table, tout simplement.

Interior Books
Computer
Bettine Vriesekoop
Book
Contact Customer Service